FAQ

———————————————————————

  • Lire les épisodes en version 10 bits

Vous pouvez soit utiliser la dernière version de VLC ou installer un pack de codec comme le K-Lite Codec Pack.

  • Quels sont les postes du fansub
    • Traduction

Sans surprise, le traducteur s’occupe de traduire l’épisode à partir d’une version anglaise ou, plus rarement, directement de la version japonaise. Ça prend entre 1h30 et 4h selon l’épisode et la personne.

    • Adaptation [jap’]

Dans le cas où la traduction se fait dans le sens anglais -> français, l’adaptateur s’occupe d’adapter la traduction au japonais et vérifie qu’il n’y a pas d’erreur de sens ou de détail manquant. C’est un rôle essentiel parce que sans lui on doit avoir une confiance aveugle dans les équipes anglophones et certains détails nous échappent forcément. Comptez une bonne paire d’heures pour mener la tâche à bien.
Enfin, qu’on soit bien d’accord : le poste d’adapt’ français (c’est à dire une autre personne que le traducteur), ça n’existe pas. C’est une absurdité qui trouve son origine dans l’incapacité de certains traducteurs à produire un travail correct. Quand on traduit, on est obligé d’adapter le langage. Si ce dernier n’est pas capable d’exprimer dans un français correct ce qu’il lit en anglais (ou entend en japonais), autant s’en débarrasser au plus vite.

    • Correction (« check »)

Le correcteur s’occupe de vérifier une première fois le travail du traducteur, corrige ses (éventuellement nombreuses) fautes et remanie certaines phrases bancales. La communication avec le traducteur est très importante (il y a plus dans deux têtes que dans une). C’est un poste qui est bien souvent doublé, mais ce n’est pas nécessaire quand la personne en charge est compétente et sait utiliser les différents outils à sa disposition. Tout comme l’adapt’, il faut compter une paire d’heure pour arriver au bout de l’épisode, mais ça peut prendre moins de temps. Tout dépend de la qualité de la traduction.

    • Synchronisation (« time »)

Les sous-titres doivent évidemment être correctement synchronisés avec l’audio et respecter les changements de plan, c’est le rôle du « timeur ». Il se base généralement sur le travail des équipes anglaises pour aller plus vite. La durée de cette étape dépend fortement de l’expérience de la personne en charge et varie de 1 à 3 heures.

    • Édition

Cette étape consiste à décider de tout l’aspect visuel des sous-titres : leur taille, leur emplacement, leur style, etc. Il faut aussi s’occuper des textes pertinents qui s’affichent à l’écran et s’arranger pour que leur traduction se fonde correctement dans l’image. La durée varie fortement d’un épisode à l’autre, elle peut varier de quelques dizaines de minutes à de longues heures.

    • Karaoké

Le « karamaker » s’occupe des karaokés qui accompagnent les génériques de début et de fin d’épisode. À chaque nouveau générique, il en crée un nouveau (en s’inspirant plus ou moins d’autres déjà existant).

    • Encodage

C’est l’ultime étape du processus et pas la moindre. C’est ici que se décide la taille du fichier final ainsi que sa qualité visuelle. Le fichier de base est soit un « transport stream » en provenance directe du Japon, soit une « raw » de moindre qualité pré-encodée. L’encodeur doit alors traiter ce fichier pour ensuite y incruster les sous-titres et finalement uploader le tout sur les différents serveurs.

  • Comment télécharger en torrent

Le torrent est un système de partage de données entre internautes. Il y a des « leecheurs » (ceux qui téléchargent) et des « seedeurs » (ceux qui laissent leur torrent tourner en partage — en seed — une fois terminé). Il est bien entendu conseillé de rester en seed !
Passons à l’explication qui peut être inutile pour certains mais nécessaire : téléchargez µTorrent. Puis, une fois installé, choisissez le dossier de destination. Nous vous proposerons des liens .torrent sur le site, cliquez et tout se fera tout seul. Magnifique, hein ?

  • Patcher un épisode
    • Pourquoi patcher une épisode

Il arrive que des coquilles s’introduisent dans le script des sous-titres, qu’une faute traîne ou qu’un terme ne soit pas adéquat. Il est alors d’usage de proposer une « v2 » de l’épisode, une version corrigée. Pour les versions « hardsub » (les sous-titres sont incrustés), on est obligé de réencoder la vidéo, ce qui demande une charge de travail non négligeable. Cependant, dans les versions « softsub », les sous-titres sont encapsulés avec la vidéo dans un conteneur (mkv, dans notre cas), ce qui permet une mise à jour très rapide de la vidéo. Pour éviter que l’utilisateur final ne doive télécharger la nouvelle version, nous vous proposons un « patch » à appliquer à la vidéo originale qui ne pèse que quelques centaines de ko.

    • Comment patcher une épisode

Nous utilisons le programme xdelta pour créer et appliquer les patches qui n’est en lui-même qu’un fichier d’extension « xdelta ». Il y a plusieurs façons pour l’appliquer :

        • Tout le monde :

Vous pouvez vous procurer l’exécutable sur le site du développeur de xdelta, ou bien les sources et les compiler pour votre machine.

        • Utilisateurs Windows :

Nous vous proposons deux autres possibilités. Soit utiliser le fichier .bat : il faut alors que vous placiez dans un même dossier le fichier .bat, le patch .xdelta, l’exécutable xdelta3.exe, ainsi que la vidéo originale avec le nom original. Exécutez ensuite le fichier .bat qui va vous créer dans ce même dossier la vidéo v2.
Soit utiliser l’interface utilisateur TEH PATCHER en exécutant le fichier patcher.exe. L’avantage de cette méthode est que vous pouvez vérifier le CRC32 du fichier dans la foulée, et tous les fichiers ne doivent pas se trouver dans le même dossier (mis à part patcher.exe, mingwm10.dll et xdelta3.exe qui doivent être regroupés). D’autres explications sont disponibles dans le menu « Aide > Mode d’emploi » du programme. Cette interface est de notre cru, si vous avez la moindre question, idée d’amélioration ou insulte, nous sommes à votre écoute.